A La Découverte De Nos Communes : Galan

Publié le 16/04/2021

Ancien Chef-lieu de canton des Hautes-Pyrénées, Galan est située sur une ligne de crête au cœur des pays de coteaux, au nord du plateau de Lannemezan. Le territoire se partage entre deux vallées, celle de la Baïsolle et celle de la Baïse.

Le rythme clair du paysage rural et naturel, alternant terrasses cultivées et versants boisés, est tout à fait exemplaire de cette région des coteaux et participe fortement à l’identité de Galan.

Maisons du type médiéval au centre, maisons à façades à pans de bois et droites maçonnées typiques de l’architecture XVIII et XIXème siècles, maisons urbaines et villas arborées.

Galan dispose d’une diversité architecturale que viennent enrichir 3 bâtiments inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques :

  • L’ Eglise Saint-Julien de Brioude, inscrite par arrêté du 14 Mars 1944

Autrefois église prieurale, elle devient paroissiale en 1670. Construite à partir du début du 11ème siècle vraisemblablement par Rochifert, l’architecture de celle-ci a évolué au cours des siècles. Le clocher, à l’origine un clocher mur en bois à trois flèches, fut détruit le 2 mars 1868 suite à un incendie provoqué par la foudre. Il fut reconstruit sous la forme d’une grande flèche principale de forme pyramidale à base hexagonale d’une hauteur de 16 mètres portant ainsi la hauteur de l’église à 43,20 mètres.

D’un point de vue architectural, l’église est dominée par les deux styles architecturaux principaux du moyen-âge, les styles roman et gothique. Les éléments de l’art roman les plus représentatifs que l’on peut observer sont la taille des pierres et des piliers cylindriques séparant les trois nefs à l’intérieur de l’église.

Les deux portes de la façade occidentale quant à elles sont construites avec des arcs brisés, éléments originaux à la fin du 11ème siècle et typiques par la suite dans le style gothique des 14ème et 15ème siècles. L’art gothique, plus présent dans l’ensemble, se remarque surtout au niveau des voûtes intérieures et la présence de croisées d’ogives marquées en leurs intersections par des clés de voûtes sculptées, éléments typiques de la période gothique.

On note deux éléments très rares : peinture murale médiévale et beaucoup de vitraux représentant des Saints (rare en milieu rural).

L’église est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 14 mars 1944.

  • L’ancienne Porte de la ville, Tour-Porte Sud inscrite par arrêté du 13 Mars 1946

Deux-tours portes, fermées chaque soir, assuraient la sécurité de l’accès à la rue principale.
La tour-porte sud de Galan (XIIIème siècle ? et postérieur) est le dernier vestige monumental des murailles de cette commune.

Cette unique tour-porte fortifiée conservée est une construction en pierre de 6,20 x 5,50 m. Elle est dotée d’une grande porte charretière voûtée de 2,40 m de largeur et de plus de 3 m de hauteur.

On note la présence de corbeaux en partie haute du mur, près de la voûte (pour recevoir un plancher ?). Un autre corbeau, centré au-dessus du portail, servait sans doute de support à une statue de saint protecteur, comme il était d’usage.

A l’étage, accessible par une porte étroite et un escalier, se trouvait une salle obscure.
Le toit en ardoises a été installé à l’époque moderne sur des murs remaniés.
La porte était précédée d’une barbacane et d’un pont disparus.

Cette ancienne porte a été inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 13 mars 1946.

  • La Halle-Mairie, inscrite par arrêté du 11 Octobre 1984.

L’origine de cette Halle Mairie remonte probablement à l’âge médiéval, vers le 14ème siècle, comme le reste de la bastide de GALAN mais aucune trace écrite ne permet la vérification.

Il faudra attendre les années 1784 et 1786 pour que la Halle Mairie de Galan, appelée à l’époque la « maison commune », apparaisse de manière officielle sur le cadastre de Galan établi par Laurent Lafosse, arpenteur de Villeneuve de Rivière.

Le 15 février 1802, le conseil municipal de Galan s’inquiète de trouver des moyens pour la reconstruction de la maison commune qui se détériore. Ces inquiétudes restent sans réponses jusqu’en 1816 où un premier projet de reconstruction est proposé par Joseph Galan, charpentier à Lannemezan.

Ce projet ne sera pas retenu en faveur d’un autre projet amené deux ans plus tard par Jean BAZERQUE, architecte à Sarrancolin, qui propose plusieurs aménagements que l’on peut admirer encore aujourd’hui dont six piliers de pierre, une couverture en ardoise de Génos, trois arceaux en bois et une peinture imitant le marbre.

De 1821 à 1958, la Halle Mairie servira pour de nombreuses causes notamment les diverses activités communales, pour le juge de paix, les assemblées cantonales, le marché tous les jeudis sous la halle et l’école des garçons à l’étage.

Durant cette période, plusieurs aménagements et restaurations ont été faits pour embellir cette Halle Mairie, notamment l’installation de pavés en forme de galets en 1838 et la pose d’un plafond sous le premier plancher de l’hôtel de ville en 1876.

Malgré tout, l’architecte Labat établit en 1904 un rapport qui traite de la mauvaise posture du bâtiment, qui selon lui est dans un état de délabrement total et présentant des risques d’effondrement.

Suite à cela, plusieurs entrepreneurs de Galan et des environs réalisent plusieurs travaux dont la consolidation de l’édifice, l’aménagement de deux salles de classes, la reconstruction de l’escalier et des planchers, ainsi que le rafraîchissement des enduits et des peintures intérieures et extérieures.

En 1958, la mairie est déclassée pour cause de vétusté, elle devient ainsi « l’ancienne mairie ».

Vingt ans plus tard, la démolition de l’édifice est envisagée, mais finalement de nouveaux travaux de rénovation sont entrepris et le bâtiment reprend sa vocation de mairie du village le 5 février 1994. Elle fût inaugurée quelques temps après en présence du ministre de la culture de l’époque, Mr Philippe Douste-Blazy.

Par arrêté du 11 octobre 1984, la Halle Mairie est inscrite à l’inventaire des monuments historiques.

Galan est classé Z.P.PA.U.P., Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager, par arrêté du municipal du 24 Novembre 2008.

PATRIMOINE HISTORIQUE

Au début du Moyen Age, après les invasions barbares, les Maures se seraient installés dans des endroits écartés, et sur la crête auraient érigé une construction sur une motte artificielle.

Plus tard, des moines bénédictins vinrent fonder un prieuré, précisément sur le tertre.
Galan fût rattaché à la couronne de France en 1315. Sous protection royale, le prieuré devint bastide royale entourée d’une enceinte, dotée de portes et d’un fossé, et de couverts accueillant le marché.

Après la destruction du monastère du XVème, c’est la ville elle-même qui est saccagée par les Huguenots, et l’église est en ruine. Elle sera reconstruite en 1541 et 1549, toujours sur l’ancienne motte.

En 1640, les habitants se révoltent contre les ordres du Roi. La ville est prise d’assaut et pillée. A la fin du XVIIème siècle, la ville est en reconstruction. L’enclos urbain arrive à saturation et dès le XVIIème siècle, des maisons s’implantent hors des murs.

Au cours du XVIIIème siècle, les intendants mènent d’importants travaux de valorisation du territoire français, de communication et d’infrastructure. Sous la houlette de l’intendant d’Etigny, la liaison Lannemezan-Auch est créée. La nouvelle voie est construite à l’Est du village.

Au cours du XIXème siècle, le mouvement de transformation se poursuit et la ville se densifie le long de la route de Lannemezan et des parcelles de jardin sont construites. Les faubourgs s’urbanisent.

L’équipement et la mise en valeur de la ville se concrétisent par la construction de la Halle-Mairie en 1823, la reconstruction du clocher de l’église et le réaménagement de l’esplanade.

Les fossés sont peu à peu comblés et quelques constructions sont édifiées à l’extérieur du mur de la ville ancienne qui présentera encore longtemps son héritage des temps anciens.

La promenade entre la route et les anciens fossés de la bastide est replantée. C’est en 1960 que par souci d’hygiène, le dernier fossé devenu vivier est comblé (la Promenade des Bénédictins aujourd’hui).

L’Hospice (Maison de retraite du Frère Jean aujourd’hui) est édifié en 1863, la Brigade de gendarmerie en 1873 et le groupe scolaire en 1910.


Blason de la commune

«D’or à trois fleurs de lys d’azur».

Suivez l’actualité immobilière et rejoignez-nous